Pas d’expérimentation archéologique sans références théoriques. 
La Bourgogne, terre de gastronomie, mais surtout terre d’Histoire
est particulièrement bien fournie en sources d’informations archéologiques :


CENTRES DE RECHERCHE

 Université de Bourgogne
UMR 6298 ARTEHIS : Archéologie, Terre, Histoire, Sociétés
6 Boulevard Gabriel
21000 DIJON
www.artehis-cnrs.fr

Centre archéologique européen du Mont Beuvray
71990 Saint-Léger-sous-Beuvray 
03 85 86 52 35 info@bibracte.fr
www.bibracte.fr

Bibracte possède un important centre de documentation en Protohistoire européenne. Riche de plus de 20 000 volumes et de plus d’une dizaine de fonds d’archives et de documentation thématique, le tout consultable uniquement sur place, cette bibliothèque est une des plus complètes de France pour cette période. Elle s’enrichit d’environ 1000 ouvrages par an. Le centre de documentation est situé dans les murs du centre de recherche, à Glux-en-Glenne, à 4 km du musée. Il est librement accessible au public, sur rendez-vous, aux jours et heures de bureau.

Renseignements au 03 86 78 69 00 ou docu@bibracte.fr


Autres lieux bourguignons d'informations sur la période celte :

Trésor de Vix
Musée de Chatillon sur Seine
14, rue de la Libération
21400 Châtillon sur Seine
tél. : 03 80 91 24 67 
http://www.musee-vix.fr

Musée archéologique de Dijon
5, rue docteur Maret
21000 Dijon
Tél (33) 03 80 48 83 70
mail : museearcheologique@ville-dijon.fr
https://archeologie.dijon.fr

MuséeoParc Alésia
1, route des Trois Ormeaux
21150 Alise-Sainte-Reine
Tél. 03 80 96 96 23 - Fax 03.80.96.96.24
contact@alesia.com 
http://www.alesia.com/


REVUES

EDITIONS FATON
CS 71769 - 21017 DIJON CEDEX
Courriel : infos@faton.fr
Tél. : 03 80 40 41 00 - Fax : 03 80 30 15 37
www.faton.fr
 proposent trois revues :

Revue Archéologia

Créé en 1964. Grâce à un réseau mondial de correspondants, Archéologia présente chaque mois toute l’actualité de l’archéologie : les dernières découvertes, des études claires et vivantes sur une civilisation, un site majeur ou un monument objet de travaux récents, une visite des expositions en cours, le calendrier des colloques et manifestations futures.

Les Dossiers d'Archéologie

Depuis leur création en 1973, Les Dossiers d'Archéologie vous font découvrir un panorama complet sur les cultures et les civilisations anciennes du monde entier, de la préhistoire à l'époque moderne. Avec la collaboration des plus éminents spécialistes français et étrangers, archéologues, historiens et historiens de l'Art, ils vous proposent une synthèse claire et précise des connaissances acquises et des dernières découvertes. Reconnue comme l'une des meilleures revues de diffusion et d'information archéologique au monde, Les Dossiers d'Archéologie constituent, à chacune de ses parutions, une référence pour tous les amoureux du passé.

Arkéojunior

Créé en 1994. Conseillé par un comité scientifique et pédagogique, présente la vie des hommes et les événements dans la Préhistoire, l'Antiquité et le Moyen Age à travers dossiers, enquêtes, portraits, pages actualités, visites de sites et d'expositions. Arkéo sensibilise aussi les enfants aux techniques de l'archéologie et des recherches archéologiques.
La revue enfant Arkéo est conçu comme un complément pédagogique des programmes d'histoire et de latin pour les 7-12 ans.

Autres revues régionales :

La Revue archéologique de l’Est (RAE)

La Revue archéologique de l’Est (RAE) publie, dans un volume annuel de 300 à 400 pages, les résultats les plus importants des recherches archéologiques menées dans l’Est et le Centre-Est (Alsace, Bourgogne, Champagne-Ardenne, Franche-Comté, Lorraine et nord de Rhône-Alpes). C’est une des revues interrégionales d’archéologie soutenues par le ministère de la Culture et le CNRS. Fondée en 1950, elle est éditée par la Société archéologique de l’Est (SAE), association loi de 1901 basée à l’Université de Dijon, au sein des locaux de l’UMR 6298-ARTeHIS, à laquelle elle est étroitement liée.

Bulletin du Centre d’études médiévales Saint-Germain d'Auxerre,
3, Place du Coche d'Eau
89000 AUXERRE
tél : 03 86 72 06 60 fax : 03 86 52 06 45
bucema.contact@gmail.com
www.cem-auxerre.fr


LIVRES

Librairie Archéologique
CS 50090 • 1, rue des Artisans
21803 Quétigny cedex France
tél. 03 80 48 98 60 fax.03 80 48 98 69
infos@librairie-archeologique.com
www.librairie-archeologique.com

 La Librairie archéologique est spécialisée dans la diffusion par correspondance de publications archéologiques allant de la Préhistoire aux Temps Modernes. Le domaine privilégié est celui de l’archéologie européenne et du bassin méditerranéen, mais d’autres régions sont également abordées: Egypte, Proche et Moyen-Orient, Extrême-Orient, Asie, Océanie et Amériques.
Les ouvrages présentés ci -après sont distribués notamment par la Librairie Archéologique,
sauf ceux épuisés que l’on peut être trouver dans le fond d’une autre librairie ou en cherchant bien chez un bouquiniste.

Fédération et ressources sur l'antiquité

 

logo
Cliquez sur la vignette


BIBLIOGRAPHIE SOMMAIRE

 LES CELTES 

22673

Territoires celtiques. Espaces ethniques et territoires des agglomérations protohistoriques
d'Europe occidentale
GARCIA D., VERDIN F
Actes du XXIVe colloque AFEAF, Martigues, 2000 - 2002 - 420 p., nbr. ill., br.
Actes colloques AFEAF

Pour la première fois, un colloque international regroupait des chercheurs intéressés par l'étude des territoires des principales agglomérations et des grands peuples d'Europe celtique. Ce volume regroupe des contributions analytiques ou synthétiques, richement illustrées, qui abordent de façon complémentaire l'appropriation de l'espace par les Gaulois et les peuples voisins contemporains. Cet ouvrage constitue à la fois un manuel, par la présentation et l'application des différentes méthodes de l'analyse spatiale, un ouvrage d'archéologie où différentes sources sont utilisées séparement ou conjointement, et un bilan historique sur les territoires en Europe occidentale.

48766

Celtes, Galates et Gaulois. Mercenaires de l'Antiquité
BARAY L.
Editions Picard - 2017 - 214 p - 31 €

À partir d'une analyse systématique et serrée des textes gréco-latins, l'auteur explore les principales facettes du mode de fonctionnement du mercenariat celtique : origines ethniques et géographiques, modalités de recrutement ou de rémunération, effectifs des contingents mobilisés, commandement, discipline, armement. Il s'intéresse aux procédures et techniques mises en place pour recruter, encadrer et gérer ces troupes. Les mercenaires celtes étaient-ils moins bien payés que leurs homologues étrangers ? Etaient-ils placés sous le commandement d'officiers grecs ou puniques ou avaient-ils leurs propres officiers ? Devaient-ils se présenter armés au moment du recrutement ? Qui les équipait ? Il étudie aussi les rapports qui ont pu exister entre les employés et leurs employeurs. Quelle part ont-ils pris dans le déclenchement de la "guerre des Mercenaires" ? Ont-ils été particulièrement déloyaux envers leurs employeurs, comme le laisse entendre une tendance lourde de l'historiographie ancienne et moderne ? Une attention particulière est portée à l'image du guerrier celte et plus spécialement à celle du mercenaire comme menace pour la citoyenneté. Démontrant l'inanité des stéréotypes véhiculés par les auteurs antiques et repris par les modernes, l'auteur propose une mise en perspective renouvelée d'un phénomène militaire de grande ampleur qui marqua de son empreinte l'ensemble des civilisations du pourtour méditerranéen des cinq derniers siècles avant J.-C. Il établit pour la première fois une synthèse précise et complète de nos connaissances sur un sujet jusqu'alors pas ou peu abordé.

47098
 Le monde des anciens Celtes
KRUTA V.
2015 - 400 p - plus de 400 cartes et ill. n.b  - 19 €

Au carrefour de la Protohistoire et de l'Histoire, on peut situer l'origine des Celtes (6e siècle av. J.-C.) à Halstadt, actuellement dans les Alpes autrichiennes. De là, ils se dispersèrent dans la plaine danubienne puis dans toute l'Europe centrale avant de s'implanter dans l'Europe de l'ouest jusqu'à l'Irlande et l'Espagne et à l'est, juqu'en Turquie (Galates). L'auteur s'appuie sur les découvertes archéologiques les plus récentes (tombes funéraires, forteresses du 6ème siècle jusqu'aux oppida du 2e siècle av. J.-C....).Il analyse l'organisation sociale et la religion : paysans et guerriers, prêtres et princes ainsi que le rôle de la femme. Il étudie également l'art et l'artisanat (les Celtes étaient maîtres du fer et du bronze au 3e siècle av. J.-C). Il se penche aussi sur l'écriture, la monnaie, le commerce (étain), l'agriculture, les voies de communication et les villes. Etudes plus particulières : l'Hispanie/Espagne, l'Hibernie/Irlande et l'Armorique/Bretagne. Il conclut par les invasions romaines (1er siècle av J.C.) qui signent le déclin d'une civilisation. Le monde des anciens Celtes, par sa richesse et ses diversités insoupçonnées, fut un élément fondateur de l'Europe, ce que nous confirme ce livre très documenté.

 

46556
L'Europe celtique à l'âge du Fer, VIIIe - Ier siècles
BUCHSENSCHUTZ O.
2015 - 512 p - 42 €

L'explosion des données archéologiques nous permet d'établir aujourd'hui une véritable histoire des populations de l'âge du Fer européen, dont la culture possède déjà ses principales caractéristiques plusieurs siècles avant que les auteurs grecs ne la désignent comme celtique. Les textes classiques comme les rares inscriptions gauloises sont ici confrontés aux témoignages matériels pour reconstituer aussi bien l'évolution de leur mode de vie et de leur culture que leurs échanges avec les peuples de la Méditerranée. Au début de l'âge du Fer le développement d'une société hiérarchisée se manifeste par de riches sépultures et des agglomérations dans lesquelles coexistent groupes aristocratiques et milieux artisanaux prospères. Les générations suivantes créent à partir du IVe siècle une culture originale qu'ils diffusent dans une partie de l'Italie et des Balkans : l'habitat est dispersé dans des campagnes intensivement exploitées, un art abstrait habille le bois et le métal, le pouvoir, plus largement réparti qu'auparavant, reste toutefois dominé par une aristocrate guerrière. Mais, dès le IIIe siècle, le développement de l'artisanat et du commerce concentrés dans de vastes villes de hauteur prépare l'intégration des Celtes dans l'Empire romain. La synthèse présentée ici met en évidence à la fois l'homogénéité spatiale de la culture celtique et son évolution chronologique marquée par des succès ou par des revers politiques, et surtout par des choix culturels et économiques originaux.

33533
Les Celtes
BUCHSENSCHUTZ O.
Editions Armand Colin
2007 - 320 p - 22 €

Qui sont les Celtes, ces populations qui, au ler millénaire avant J.-C., ont occupé l'Europe, des Alpes à la mer du Nord et de la Slovaquie à l'Atlantique ? Les origines, les limites, les caractéristiques mêmes de ces peuples font débat depuis l'Antiquité et jusqu'à nos jours. Très tôt, " nos ancêtres les Gaulois ", avec leur image de barbares farouches mais purs, alimentent la littérature et sont utilisés à des fins idéologiques. Mais le développement de l'archéologie a apporté un matériau considérable pour reconstituer leur véritable histoire. Qu'il s'agisse de la mise en scène de tombes exceptionnelles, des milliers de lieux d'habitat mis à jour, ou de l'analyse approfondie des objets d'art et des textes, tous les domaines de la connaissance ont fait des progrès grâce à la multiplication des données et à une analyse rigoureuse libérée des a priori traditionnels. Après une brève historiographie, l'auteur présente le développement chronologique de ces peuples au cours de l'âge du Fer, puis différents aspects de leur mode de vie, de l'économie, de l'habitat, de la religion, à travers des exemples caractéristiques en tenant compte des découvertes les plus récentes.

------------------------------------------------------------------------

PAYSAGES CELTIQUES

 

49224
Productions agro-pastorales, pratiques culturales et élevage dans le nord de la Gaule
du deuxième siècle avant J.-C. à la fin de la période romaine mars 2016
ZECH-MATTERNE V., LEPETZ S.
actes table ronde int. Institut National d'Histoire de l'Art (Paris)
2017 -  154 p  - 37 €

Cet ouvrage résulte de rencontres internationales organisées à Paris les 8 et 9 Mars 2016 à l'Institut National d'Histoire de l'Art (INHA) dans le cadre des ateliers du programme européen (ERC advanced grants) RurLand, dirigé par M. Reddé, et dont l'objectif était de définir et mieux appréhender les produits et les modes d'exploitation agricoles dans le nord de la Gaule du deuxième siècle avant J.-C. à la fin de la période romaine. La démarche a consisté à croiser les données archéozoologiques et archéobotaniques disponibles pour le nord de la France, les Pays-Bas, la Suisse, l'Allemagne et le Luxembourg, à des échelles différentes : celles de sites ou d'ensembles de sites, de régions naturelles, de territoires cohérents. Cette somme constitue pour le quart nord-est de la Gaule beaucoup plus qu'un bilan factuel de la documentation disponible. C'est un premier essai d'analyse des systèmes agro-sylvo-pastoraux, qui tente d'évaluer leur efficacité et rentabilité. Les différentes contributions révèlent des situations contrastées d'une territoire à l'autre, mais homogènes à une échelle régionale, en dépit d'un tissu de peuplement très inégal et de modes d'exploitation très variables, au sein desquels les établissements qualifiés de villae n'occupent pas obligatoirement le premier rang.

46943
Établissements ruraux laténiens et gallo-romains du centre de la Gaule
FERDIÈRE A.
Revue archéologique du Centre de la France - Suppléments
2015 (57e suppl. RACF) - 202 p -  22 €

L'établissement rural laténien et gallo-romain de Gellainville “ les Beaumonts ” (Eure-et-Loir) ( D. Wavelet, S. Papaïan) ; Les vestiges d'une partie d'un établissement agro-pastoral du Haut-Empire au nord de la cité des Carnutes : Auneau, “ l'Hermitage ” (Eure-et-Loir) (S. Gauduchon) ; L'établissement rural de “ Rougemont ” à Prasville (Eure-et-Loir), une modeste ferme du Haut-Empire (M. de Muylder) ; Deux établissements ruraux gaulois et gallo-romains du territoire des Turons : “ la Roche Deniau ” à Parçay-Meslay et “ la Cave Blanchette ” à Monnaie (Indre-et-Loire) (N. Fouillet, D. Lusson).

Histoire de l'agriculture en Gaule, 500 av. J.-C./1000 apr. J.-C
FERDIÈRE A., MALRAIN F., MATTERNE V., MÉNIEL P., NISSEN JAUBERT A.
2006 - 224 - p 25,40 €

La période comprise entre le premier Age du Fer (500 av. J.-C.) et la fin du haut Moyen Age (1000 apr. J.-C.) est une période charnière dans l'histoire de l'agriculture. La maîtrise de la sidérurgie et de la métallurgie du fer constitue une étape fondamentale dans l'évolution de l'agriculture. La mise au point de l'outillage agricole au premier Age du Fer prendra toute son ampleur au second Age du Fer. Il faudra attendre la révolution industrielle (XVIIIe-XIXe siècles) pour que soit modifié l'équipement technique des agriculteurs. La culture et l'élevage, mais aussi l'habitat, la chasse, les produits de la mer sont étudiés pour traiter, dans son ensemble, la vie dans les campagnes pendant un millénaire et demi.

Villes, villages et campagnes de l'Europe celtique
AUDOUZE F., BUCHSENSCHUTZ O.
1989 364 p. - 150 dessins -  30 cartes

S'opposant aux clichés hérités des textes antiques, l'archéologie, par cette étude, pose les premiers jalons d'une histoire de l'habitat de l'Europe celtique : mise en place des terroirs, naissance de l'architecture en bois et de l'artisanat rural, développement d'un habitat hiérarchisé, essais avortés puis réussis d'urbanisation

38042
Habitats et paysages ruraux en Gaule et regards sur d'autres régions du monde celtique
(actes XXXIe coll. AFEAF, Chauvigny, mai 2007, Tome II),
BERTRAND I., MAGUER P., GOMEZ DE SOTO J., DUVAL A.
2009 - 540 p. - Actes colloques AFEAF

G. Blancquaert,T. Lorho, F. Malrain, Y. Menez, Bilan et perspectives de recherche sur les sites ruraux au second Age du Fer ; F. Malrain, G. Blancquaert, Un enclos = une ferme ? ; O. Nillesse, Activités, métiers, vie quotidienne dans les établissements ruraux de l'Ouest de la France à travers l'instrumentum (Hallstatt D/début du Haut-Empire) ; O. Buchsenschutz, Chars, charrettes et transport dans l'agriculture celtique ; E. Le Goff, Habitats, terroir et paysage rural : Aménagement et structuration du territoire et de la campagne gauloise Ifs, ZAC « Object'Ifs Sud » (Calvados) ; P. Nouvel et al., Rythmes de création, fonctionnement et abandon des établissements ruraux de la fin de l'Age du Fer dans l'Est de la France ; P. Séjalon, V. Bel, J.-Y. Breuil, H. Pomarèdes, Définition et organisation des terroirs protohistoriques de Nîmes, Gard (de la fin du VIe au Ier s. av. J.-C.) ; G. Bagan, S. Mauné, Les communautés rurales du Languedoc occidental entre l'Age du Bronze final IIIb et la fin du premier Age du Fer (IXe-Ve s av. J.-C.) : études de cas ; D. Ugolini, C. Olive, Sites grecs, sites indigènes : Essai sur le fonctionnement des habitats de l'Hérault occidental (VIe-IV av. J.-C.) ; C. Von Nicolai, La question des Viereckschanzen d'Allemagne du Sud revisitée ; N. Venclova, Habitat, économie et environnement en Bohême et Moravie, LT B-C (IVe-IIe s. avant notre ère) ; A. Danielisova, Economie et environnement : Habitats de La Tène finale (IIe-Ier s. avant notre ère) en Bohême et Moravie ; F. Carrard, Organisation territoriale et espaces ruraux à La Tène finale en Suisse occidentale : un état des questions ; T. Moore, La construction des communautés : Nouvelles perspectives sur l'habitat, le monde rural et la société de l'Age du Fer en Grande-Bretagne occidentale ; V. Zech-Matterne et al. L'agriculture du VIe au Ier s. av. J.-C. en France : Etat des recherches carpologiques sur les établissements ruraux ; P. Méniel, G. Auxiette, D. Germinet, A. Baudry, M.-P. Horard-Herbin, Une base de données sur les études de faunes des établissements ruraux en Gaule ; C. Leroyer et al., Base de données et S.I.G. palynologiques sur l'Age du Fer en France : Une autre approche du paysage végétal et de son anthropisation ; I. Daveau, S. Lang-Desvignes, L'enclos républicain du Bas Lauvert à Antibes (Alpes-Maritimes) : une occupation du rivage lagunaire durant le dernier tiers du IIe s. avant notre ère ; J. Gasc, L'occupation du plateau de Corent (Puy-de-Dôme) au premier Age du Fer : Un habitat exceptionnellement bien conservé ; L. Grimbert, M.-L. Merleau, L. Benquet, Les Gaulois dans la Plaine : L'occupation du second Age du Fer du site de Puylaurens « La Plaine » (Midi-Pyrénées, Tarn) ; R. Issenmann, Hiérarchie des habitats et formes de l'occupation du sol à la confluence Seine-Yonne à la transition entre le premier et le second Age du Fer ; L. Izac-Imbert, F. Sergent, Présentation préliminaire du site de la fin de l'Age du Fer de l'Alba (Castres, Tarn) : Etude pluridisciplinaire dans son contexte environnemental et historique.

---------------------------------------------

GAULOIS

38313
Carte Archéologique de la Gaule 21/3, La Côte-d'Or :
de Nuits-Saint-Georges à Voulaines-les-Templiers
M. Provost et al., 2009 - 464 p. - 554 ill. et 1 plan h.t.

L'actuel département de la Côte d'Or était dans l'Antiquité essentiellement partagé entre deux grands peuples gaulois dont les capitales étaient situées à l'extérieur : les Lingons au nord (autour de Langres), les Éduens au sud (Autun). Entre les deux, les Mandubiens (d'Alésia) ont d'abord été sous la suzeraineté des Lingons, avant de passer, sans doute à l'époque de Vespasien, sous le contrôle des Éduens. Curieusement, malgré la multiplicité des fouilles sur des sites aussi prestigieux qu'Alésia, Vertault, Dijon, les Bolards ou Mâlain, malgré aussi la création d'une commission des Antiquités dès 1819, aucun inventaire archéologique n'avait été accompli à ce jour pour l'ensemble du département depuis la Révolution française ; ces trois volumes totalisant plus de 2000 p. viennent combler ce manque en offrant un bilan complet des fouilles réalisées. A noter dans le vol. I : une volumineuse bibliographie ainsi que de nombreuses synthèses portant notamment sur les diverses périodes chronologiques, l'archéo-géographie, l'étude des parcellaires, les agglomérations, les routes ou la métallurgie. Voir également La Côte d'Or 21/1, Alésia, par M. Provost, 2009 (référence 38311) et La Côte d'Or 21/2, d'Allerey à Normier, par M. Provost et al., 2009 (référence 38312).

49017
RUTULIUS NAMATIANUS
Retour en Gaule
2017 - 72 p., texte établi et traduit par J. Vessereau et F. Préchac. – 15 €

En 415, Rutilius Namatianus quitte sa chère Rome par la mer afin de rejoindre sa contrée natale, vraisemblablement la Narbonnaise. S'en suit un périple poétique, essaimé, entre les étapes du voyage, de nostalgie pour la patrie éternelle, de panégyriques en l'honneur de parents ou d'amis, d'invectives contre ceux qui menacent l'éternité de l'empire et de digressions didactiques. Le poème n'en garde pas moins une grande élégance dans le style, assurée par la linéarité du chemin, cet iter qui conduit le haut-fonctionnaire gaulois sur les pas de l'élégie ovidienne. Ainsi, le récit de navigation de Namatianus, narré à la première personne, emprunte au journal de voyage la spontanéité et la mouvance de l'écriture, alors même qu'il transforme « une réalité vécue en œuvre d'art » (Introduction, XXII), notamment par sa maîtrise du distique élégiaque. L'éloignement tisse des échos émouvants entre les paysages imaginaires et réels qu'il traverse : Rome apparaît radieuse et intemporelle face aux cités abandonnées de son parcours. Ses haltes dévoilent des rivages tantôt accueillants par leurs hautes cimes et leurs thermes purs, tantôt couverts de ténèbres et de vices. C'est tout un portrait entraînant de la côte qui se dessine dans les descriptions de Namatianus. Entre la Spezia et le port Auguste, il invite son lecteur à être juge et compagnon de route, citoyen et poète.

34908
Nos ancêtres les Gaulois
J.L. BRUNAUX
Seuil - 2008 - 21,30 €

Dans cet ouvrage l'auteur retrace l'histoire d'une quinzaine de ces idées reçues qui constituent pour beaucoup d'entre nous l'essentiel de nos connaissances sur la Gaule et ses habitants. Mais il leur apporte surtout les réponses les plus actuelles que permettent les dernières découvertes archéologiques, la relecture des textes antiques et une mise en perspective de la civilisation gauloise dans son contexte méditerranéen antique.

47668
La Gaule Belgique
DERU X.
2016 - 138 p. - 44 €

Guidé par l'ambition, suivant le destin de Rome de diriger le monde, César conquiert par un enchaînement d'événements la totalité de la Gaule. Le Nord sera intégré à l'Empire et constituera la province de Gaule Belgique. Ce territoire comprend le Nord et l'Est de la France, la Belgique, le Grand-Duché du Luxembourg et la partie occidentale de l'Allemagne actuelle. L'objectif de cet ouvrage est d'effacer les frontières pour appréhender dans sa totalité la réalité antique durant laquelle les nombreux peuples autochtones vivant sur place, emportés dans une histoire globale, ont dû se forger de nouvelles identités sur les fondements de la terre et de la culture de leurs ancêtres. Pas à pas, cet ouvrage explore ce territoire et cette société, de la conquête romaine jusqu'à l'aube du Moyen Âge. Depuis les premières découvertes de la Renaissance jusqu'aux fouilles les plus récentes, il présente l'histoire événementielle et les aspects de la vie quotidienne : les agglomérations, les activités économiques et religieuses. Au préalable sont présentés l'environnement, essentiel à la compréhension des hommes du passé, ainsi que le substrat indigène. Certains sites ou découvertes sont encore inédits et une documentation originale a été créée. L'ouvrage s'appuie sur un volet cartographique original et une série de plans, des photographies d'objets et de sites, ainsi que des restitutions de monuments, notamment des illustrations de maquettes, des archéo-sites ou des aquarelles.

 

46481
Gaulois d'ici et d'au-delà. Les Parisii en Plaine de France
2014 - 160 p. - 15,00 €

A travers une présentation thématique, balayant une large période avant la romanisation, les Gaulois se révèlent tout en gardant une part de mystère. Redécouverts il y a quelques années, les peuples gaulois connaissent aujourd'hui de la part des scientifiques et du public un fort engouement. Et les recherches établies bousculent les idées reçues. Grâce aux récentes fouilles archéologiques menées notamment en milieu rural, les Parisii, agriculteurs, artisans et parfois artistes, se dévoilent. Cet ouvrage nous permet de partir à la connaissance du territoire local, en évoquant l'occupation humaine mais aussi la vie quotidienne de ces Gaulois du Parisis. Les découvertes de nécropoles et notamment de spectaculaires tombes où le défunt est inhumé sur un char d'apparat, témoignent de pratiques dans la vie comme dans la mort. Ce sont donc toutes les facettes de la société rurale gauloise qui sont explorées dans Gaulois d'ici et d'au-delà.

-----------------------------------------

GUERRE - ARMEMENT

49323
Vercingétorix chef de guerre
DEYBER A.
2017 - 224 p. – 22 €

Aucun auteur n'a jusqu'à maintenant étudié avec rigueur qui était Vercingetorix en tant que chef de guerre : sait-on comment il a été formé ? Comment a-t-il pu abandonner Avaricum, remporter une victoire à Gergovia, et être battu à Alesia, alors que son armée et celle de « secours » n'étaient pas détruites ? L'organisation de l'armée gauloise, ses effectifs, son équipement, son entrainement, son fonctionnement, y seraient-il pour quelque chose ?... C'est à toutes ces questions que tente de répondre l'auteur, l'un des meilleurs spécialistes des peuples gaulois.

39023
Les Gaulois en guerre. Stratégies, tactiques et techniques.
Essai d'histoire militaire (IIe-Ier siècles av. J.-C.)
DEYBER A.
2009 - 528 p. - 39,60 €

La guerre dans la civilisation celtique n'a été que rarement évoquée, et jamais sous un angle militaire. Pourtant, dans la société gauloise de la fin de l'indépendance, la guerre était un phénomène quasi permanent. Plutôt que de se référer à la simple histoire événementielle, basée en particulier sur le récit de Jules César, l'auteur propose ici d'examiner d'autres causes, plus profondes : longues traditions guerrières et violence latente multiforme aboutissant parfois à un hallucinant carnage, conceptions religieuses exaltant le héros et le sacrifice suprême, société dont les fondements matériels reposent sur une véritable "économie de la guerre", le tout sur fond de conflits avec l'étranger. L'art de la guerre à la Tène D ou finale (IIe-Ier siècles av.J.C.) a connu de profondes mutations par rapport à la période antérieure : mise en place progressive d'un processus de décision codifié, structuration des forces, accroissement des effectifs, développement d'un art de commandement avec des préoccupations stratégiques embryonnaires et leur traduction tactique sur le terrain modifiant la manière traditionnelle de combattre. La diversification de l'armement précède ou accompagne le développement des armes tactiques et , en particulier, celui des troupes montées, véritable fer de lance des armées. Dans l'infanterie, on assiste à la substitution partielle de formations plus légères et mobiles à l'antique phalange grecque. C'est aussi l'époque du développement des fortifications et des premiers balbutiements dans l'art de la poliorcétique( ou science du siège des places fortes). Certains nobles celtes - les equites - tentent alors de détourner cette force naissante à leur seul profit, faisant de la guerre un métier à part, une activité de professionnels et non plus un spectacle d'amateurs en quête d'émotions fortes. Cet ouvrage, issu d'un travail de doctorat, aborde les divers aspects de ce problème central de l'histoire et suggère des voies de recherche novatrices qui intéresseront les historiens mais aussi les militaires et un public cultivé.

--------------------------------------

ALIMENTATION GASTRONOMIE

46922
Boire en Gaule. Hydromel, bière et vin
LAUBENHEIMER F.
2015 - 192 p. – 22 €

Que buvait-on en Gaule ? Du vin, bien sûr, et les Gaulois de l'âge du Fer ont souvent été qualifiés par les auteurs anciens de buveurs de vin invétérés, célèbres pour leur ivrognerie. Vin importé d'abord, localement produit ensuite, exporté enfin, les Gaulois devenant, sous l'Empire, d'excellents viticulteurs. Mais, de plus longue date, on y buvait d'abord de l'hydromel et plus encore de la bière, véritable boisson nationale de nos ancêtres. Comment ces boissons alcoolisées se sont-elles développées en Gaule ? Quelles étaient les habitudes de consommation et les pratiques quotidiennes, mais aussi les rituels dans lesquels elles étaient impliquées ? Qui buvait quoi, comment et pourquoi ? L'auteur répond à ces questions en s'appuyant sur les textes antiques et sur de nombreux vestiges archéologiques, en Gaule et au-delà, ainsi que sur les résultats des analyses les plus novatrices destinées à identifier les traces des boissons contenues dans les vases.

 

42209
La vigne et le vin dans les Trois Gaules.
Gallia - 68.1 - 2011

La précocité et l'extension de la viticulture en Gaule romaine sont parmi les révélations majeures de l'archéologie des dernières décennies. Le développement de la vigne et du vin dans les Trois Gaules (Lyonnaise, Aquitaine et Belgique) restait cependant peu connu, malgré les sources écrites et l'épigraphie. Plusieurs découvertes effectuées au cours des dix dernières années dans la région lyonnaise, en Auvergne, dans le Berry, dans les pays de la Loire, en Normandie ou en Île-de-France, sont venues combler cette lacune. Grâce à l'étude des vestiges de viticulture (fosses et tranchées de plantation, outillage), d'exploitations viticoles (pressoirs, chais), des productions régionales d'amphores vinaires ou de tonneaux, le réexamen des textes relatifs à une viticulture locale ou encore, des témoignages épigraphiques et iconographiques liés au commerce du vin, c'est un nouveau pan de l'histoire de la vigne et du vin depuis le Ier siècle avant Jésus- Christ qui apparaît.

------------------------------------------------

INDUSTRIE, ARTISANAT

49080
Production et proto-industrialisation aux âges du Fer. Perspectives sociales et environnementales
(actes 39e coll. AFEAF, Nancy, mai 2015)
BATAILLE G., KAURIN J., DEFFRESSIGNE S., MARION S. 
Actes colloques AFEAF 
2017 - 732 p. - 65 €

Cet ouvrage présente les actes du 39e colloque international de l'AFEAF (Association Française pour l'Étude de l'Âge du Fer) qui s'est tenu à Nancy du 14 au 17 mais 2015. Il rassemble 44 contributions issues des communications et posters qui couvrent les âges du Fer (du VIIIe au Ier s. a.C.) sur une large partie de l'Europe, de la République Tchèque à la Bretagne et du nord de la France à la péninsule Ibérique en passant par l'Italie. Ce colloque a permis une approche archéologique des productions aux âges du Fer, de l'acquisition des matières premières à leur transformation et leur consommation. Ce colloque s'est intéressé à de multiples domaines déclinés au fil des contributions : la production alimentaire, l'exploitation du sel, les productions manufacturées (métalliques, céramiques, verre, lithiques, etc.).

46405
Le dépôt d'Évans (Jura) et les dépôts de vaisselles de bronze en France au Bronze final, (Suppl. RAE 37°)
PININGRE J.-F., GANARD V., PERNOT M.
2015, 216 p. - Revue archéologique de l'Est – Suppléments 25 €

Le dépôt de vaisselles de bronze d'Évans (Jura) a été découvert fortuitement en juin 1998 dans une doline proche de la vallée du Doubs. Ce lot exceptionnel de quarante-neuf récipients au moins représente à l'échelle européenne l'ensemble le plus important de vaisselles métalliques du Bronze final par le nombre et par la variété des récipients qui le composent. À côté de formes classiques comme les coupes et tasses de Kirkendrup-Jenisovice, de Fuchsstadt et le chaudron, cet assortiment comprend en outre des récipients uniques, comme la jarre biconique, ou jusqu'ici connus en quelques unités seulement comme les bouteilles, les passoires et les puisoirs. Il constitue ainsi un référentiel typologique étoffé de cette catégorie de biens de prestige. Sa position géographique dans le contexte de la culture Rhin-Suisse-France orientale, très excentrée vers l'ouest par rapport aux autres grands dépôts européens de vaisselles métalliques, constitue une nouveauté. Un bilan des vaisselles métalliques contemporaines représentées en France et dans le domaine lacustre suisse permet d'évoquer, à l'échelle de l'Europe, la complexité des pratiques de dépôt et de leur dynamique évolutive tant du point de vue de la chronologie que de la géographie. Le dépôt d'Évans offre l'opportunité de revisiter plusieurs questions, souvent débattues, quant à la fabrication, la diffusion et la symbolique de ces ustensiles particuliers dont la maîtrise technologique et les savoir-faire mis en œuvre font ici l'objet d'un développement approfondi. Parmi les questions posées, celle de l'origine des vaisselles est primordiale pour la lecture et la compréhension d'un tel ensemble. Déjà illustrée par le dépôt de Blanot, la distinction entre une production « orientale » et une production « occidentale », ne vient pas ici à l'encontre des hypothèses déjà émises, bien que l'approche du cheminement de ces produits à l'échelle de l'Europe, ainsi que celle des modèles, copies et des transferts de technologie, restent encore largement ouvertes. À cet égard, les différents modèles de coupes et tasses de Kirkendrup-Jenisovice, qui représentent ici les deux tiers de l'ensemble, constituent une base d'analyse privilégiée. Le dépôt d'Évans nous invite aussi à nous interroger sur l'aspect social des dépôts de vaisselles de prestige. Offrandes aux divinités, services d'apparat ou liturgiques pour les uns, récipients « désacralisés » incorporés par fragments dans des dépôts de recyclage pour les autres, ces assemblages non aléatoires sont au centre de plusieurs pistes d'interprétations et d'interrogations qui peuvent refléter tout à la fois des aspects fonctionnels et symboliques, et se distinguer par la diversité du choix et de la disposition des objets qui les composent. Dans une logique d'appropriation et de sacralisation des territoires, la position du dépôt d'Évans, sur deux axes majeurs de franchissement du Jura central et de circulation entre Rhône et Danube, nous conduit enfin à replacer cet ensemble hors norme dans son contexte territorial et culturel, au contact des différentes zones d'influence des groupes de la culture Rhin-Suisse-France orientale aux XIIe-Xe siècles avant notre ère.

-----------------------------------------------------------
RELIGION

48117
Les religions gauloises (Ve-Ier siècles av. J.-C.)
BRUNAUX J.-L. 2016, 469 p. – 12€

Druides perdus dans les forêts profondes, banquets orgiaques, boucliers et trophées, magies, sacrifices humains ... Les clichés sur la religion gauloise ont la peau dure. L'imagination règne sur les esprits. Mais quelle était vraiment la religion de nos mythiques "ancêtres" ? Comment définir ce culte sans prophète, sans réformateur, sans règlement, sans écrits, ni histoire à présenter ? Des questions qui résonnent comme un défi pour le spécialiste qui ne dispose que des quelques pages de César et des quelques lignes dispersées d'auteurs antiques, dont l'interprétation peine à s'affranchir de la mythologie et du panthéon irlandais bien plus tardif et si éloignée des rives de la Méditerranée gauloise. Jean-Louis Brunaux offre ici le plus fiable des exposés d'ensemble sur les religions gauloises avant la conquête romaine. Un essai inégalé qui croise l'ensemble des découvertes archéologiques récentes avec les textes antiques. L'auteur fait revivre, de la manière la plus réaliste, les pratiques anciennes des Gaulois et nous conduit au coeur des sanctuaires, en particulier du nord de la France.

----------------------------------------------

ART

46611
L'art des Celtes
KRUTA V.
2015 - 240 p. – 49,95 €

Une initiation à l'art celte accessible et élégante, écrite par l'expert mondial. Une sélection choisie de plus de 250 chefs-d'oeuvre, du Ve siècle avant J.-C. au VIIIe siècle de notre ère. Les photographies réalisées spécialement et le soin tout particulier apporté à cette production mettent en valeur la délicatesse et la beauté de l'art des Celtes. Une gamme complète des pièces artistiques celtes, des sculptures de pierre, vases en terre cuite et épées de fer aux colliers d'ambre, torques d'or, fibules de bronze et manuscrits enluminés. Explore la totalité du monde celte, de l'Irlande à la France, l'Italie à la Hongrie, la République Tchèque à l'Allemagne et l'Autriche. Une étude de référence sur cette magnifique période de culture artistique, et une précieuse base de données visuelle.

---------------------------------------------

 Pour aider à comprendre la structure de la pensée gauloise

28656

 

Autour de l'homme : contexte et actualité d'André Leroi-Gourhan
AUDOUZE F., SCHLANGER N.
2004 - 444 p. – 35 e

Autour de Leroi-Gourhan, autour de l'homme... On ne saurait comprendre la diversité des contributions à cet ouvrage si l'on ne connaît pas l'étendue des champs couverts par l'œuvre de Leroi-Gourhan, et si l'on ne réalise pas la variété des formes sous lesquelles son influence s'est exercée et continue à se manifester aujourd'hui. Au musée de l'Homme, à Lyon, au CNRS, à la Sorbonne, au Collège de France, André Leroi-Gourhan (1911-1986) plaidait pour une science unifiée de l'homme où ethnologie, technologie, histoire, préhistoire, paléontologie, esthétique, linguistique constituaient des approches complémentaires. Cette entreprise hors du commun n'a pas connu de suite directe et son impact s'est plutôt traduit par des retombées multiples à l'intérieur de nombreuses spécialités plus étroites, tant en France que dans le monde ? Il ne s'agit là pas seulement d'une tendance inévitable de la recherche contemporaine vers une spécialisation de plus en plus grande. Cet éclatement dérive directement de la structure même de l'œuvre de Leroi-Gourhan : attachée à résoudre les grandes questions de l'évolution humaine, cette œuvre fonctionne à différentes échelles et aborde des problèmes multiples repris isolément ensuite... À travers 6 sections thématiques, les contributeurs à cet ouvrage apportent des éclairages complémentaires sur la plupart des domaines d'études qu'avait abordés André Leroi-Gourhan au long de sa passionnante aventure intellectuelle.